HUMOUR : Si les hommes pouvaient tomber en cloque.

 

bebe chat

Il est bien connu de tous que l’homme chasse au péril de sa vie, des sangliers dans la savane pendant que la femme alanguie devant sa coiffeuse, peigne sa longue et belle chevelure en chantonnant du Jean-Jacques Goldman.
Là-bas, tout est neuf et tout est sauvage, libre continent sans grillage…
Et mon cul, c’est du poulet mariné à la basquaise.
(y a des tempêtes et des naufrages...)
Alors qu’un repas entre femmes ministres se transforme irrémédiablement en « dîner entre copines », alors que les femelles restent d’incorrigibles pipelettes frivoles obnubilées par leur brushing, alors que le monde ne tourne que grâce à la puissance des biceps masculins, j’avais envie de nous confectionner une petite sucrerie à laisser fondre sous la langue, à déguster avec des rires gras dans la gorge. Entre copines évidemment.
Moelleux aux deux chocolats enrobé de caramel et son coulis de white spirit : et si les hommes pouvaient tomber en cloque ?

Avant toute chose, commençons par leur flanquer des règles douloureuses et abondantes. 
(et comme je ne suis pas une méchante fille, je leur collerais aussi une paire de loches qu’ils pourront se tripoter à loisir. Un peu de réconfort pour les très sombres moments qui s’annoncent.)
Chacun sait qu’il est fort malaisé pour nos amis à bites de se projeter plus loin que l’heure qui suit et plus encore lorsque les événements à venir revêtent un caractère moyennement réjouissant. Ils auront violemment tendance à zapper le repas de dimanche prochain chez belle-maman par exemple, mais n’oublieront jamais, Ô grand jamais, que les festivités footballistiques brésiliennes débutent le 12 juin à 22 heures battantes. Bref, ils possèdent une mémoire qui fluctue fortement au gré de leur affect.
Chacune sait également, à quel point les menstrues peuvent être sournoises et putassières. Surtout les toutes premières ! Tour à tour silencieuses et torrentielles ou sèches et capricieuses, elles s’en donnent à cœur-joie pour mettre les nerfs à fleur de peau, pour saccager les patiences les plus émérites, pour labourer les ventres les plus endurants.
Si les hommes devaient subir ça, nous assisterions chaque mois à des hordes de mâles pris au dépourvu d’une arrivée sanguinaire impromptue, errant hagards, la mine ravagée, des tâches géantes collées au fond du froc.
Bien sûr, le gouvernement ne pourrait rester insensible devant un tel spectacle de désolation et s’empresserait d’instaurer un congé menstruel pour toutes ces pauvres âmes en déroute, creusant ainsi plus profondément encore, le déficit budgétaire de la France… Mais comment faire autrement ?

Prise de contraceptif chez le sujet masculin : vers une flambée démographique ? 
Assurément. Sans aucun doute.
L’homme est vilainement enclin à l’étourderie. Il oublie notre anniversaire, le chien dans la bagnole par temps de canicule (quand c’est pas les enfants…) et en est à son quatrième achat de chargeur-téléphone. Serait-il capable de prendre scrupuleusement, chaque jour à la même heure cette foutue pilule ? Je ne crois tristement pas.
Et pour ne pas arranger notre affaire, Dame Nature a doté l’homme de pulsions reproductives qu’il ne peut – presque pas – contrôler. (d’où les moult frottages dans le métro, les innombrables mains baladeuses en quête de fesses à féconder, les mots doux de rue à visée copulative etc) Autant la femme, cette chieuse invétérée si peu préoccupée par le devenir de l’humanité, va se permettre de refuser un coït sous des prétextes aussi futiles qu’une paire de jambes non-épilées, une culotte un peu pourrie ou un oubli de pilule la veille, autant l’homme lui, est viscéralement programmé pour assurer vaillamment, envers et contre tout, la survie de notre espèce.
Au vu de ces deux éléments, il y a fort peu à parier que si nous confiions la gestion du flux des naissances à la gent masculine, non seulement nous serions témoins d’une explosion de grossesses pas forcément désirées (Coucou le trou de la sécu ! Tu vas voir, il va prendre cher dans notre histoire.) mais aussi d’une inquiétante recrudescence de jeunes adolescents « enceints » (Coucou le trou de la CAF !)

L’homme peut-il survivre à une grossesse, un accouchement ? 
Connaissant la fâcheuse propension du rhume masculin à fatalement se transformer en cancer du cerveau, permettez-moi d’en douter légèrement.
Faut du cœur et faut du courage mais tout est possible à mon âge…
Après trois semaines d’aménorrhée, terrassé par d’abominables nausées – presque à l’article de la mort donc – l’homme en cloque, jambes en coton et cœur au bord des lèvres, serait dans l’inévitable obligation de quémander un arrêt maladie à son médecin traitant. Le premier d’une longue série. Les grossesses sont jalonnées de maux de dos lancinants, de jambes lourdes au bord de l’explosion, de feux gastriques et autres joyeuseries. Et une bonne grosse pelletée de plus dans le trou d’la sécu, une !
Dans les rares moments de répit que daignera lui accorder cette éprouvante épopée gestationnelle, l’homme en cloque saura t-il résister au besoin irrépressible de se détendre un peu, esquiver les traquenards alcoolisés tendus par ses amis, ignorer le petit pet’ qui tourne sous son nez ou les huîtres moyennement fraîches ?
Rien n’est moins sûr.
L’homme en cloque serait il capable de se souvenir des innombrables et pénibles rendez-vous chez l’obstétricien ?
Mmmm..
Cette future génération engendrée par des ventres mâles à l’hygiène de vie pas forcément irréprochable, est-elle vouée à n’être qu’à trois pattes, siamoise et grandement prématurée ?
Je n’ose répondre à la question, je me sais à deux doigts de la lapidation.
Quand viendrait l’heure fatidique, l’heure cruelle et sans pitié, l’heure d’expulser leur steak haché braillard, combien s’en relèveraient ?
J’imagine déjà les trop nombreuses stèles commémoratives érigées un peu partout à la mémoire de tous ces hommes héroïques « Morts en couches pour la France »

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…? 
T’as qu’à croire.
Les femmes, ces viles garces écervelées, lassées de ces hommes flapis et mi-mourants fuiraient inexorablement vers des contrées plus jeunes et vigoureuses. Plus rigolotes aussi (on n’a qu’une seule vie, faut en profiter bordel).
J’ai beau te serrer dans mes bras, tu m’échappes déjà là-bas…
Des hommes et leur marmaille borgne et clopinante livrés à eux-mêmes.
Un trou de la sécu plus profond encore que celui de Jesse Jane.
Une CAF à feu et à sang.
Un pays à terre.
Tu veux un verre d’eau ?

Un homme indigné : putain mais c’est bourré de gros clichés misandres ton truc Goldo ! 
Goldo (moi donc) : rhoo ça va, détends-toi un peu, c’est de l’HUMOUR ! T’as tes règles ou quoi ?! 

@LilasGoldo

35 réflexions au sujet de « HUMOUR : Si les hommes pouvaient tomber en cloque. »

  1. Superbe. J’ai ri, mais j’ai ri…! Merci Lilas, d’avoir égayé mon dimanche soir (et dieu sait que c’est badant, un dimanche soir) 🙂

    J'aime

  2. Mais arretez deux secondes quoi… J’pourrais presque monter un comité « Masculiniste », TOUT LE MONDE se complet dans l’équilibre naturel !
    Ok, j’fais le ménage, j’fais la vaisselle, à 100%, mais tu critiques pas les méthodes ? HOOoo que si, sinon c’est pas marrant ! Ces femmes existent, vous les connaissez toutes !
    Ok j’fais le ménage, j’fais la vaisselle, à 100%, mais tu t’occupes de réparer la bagnole ? HOOOoo que non, c’est un truc d’homme ça !
    Tu vas à la guerre à ma place ? Tu me laisses bosser à 80% pour voir grandir les petits et toi tu passes ta vie au Taf à ma place ?
    Si on divorce, si tu veux les gosses, tu les aura; Si les gosses sont des boulets, si tu les veux pas, on me les confiera, quoi qu’il arrive, devnt la Justice le choix t’appartiendra toujours.
    Je ne fais pas de généralité hein, mais certains exemples récurrents me donnerais envie d’avoir une petite bite, un poste bien placé et une orientation sexuelle indéfinie.
    Des exemples récurents où l’on se dit que le sexe avantagé n’est peut être pas celui que l’on croit, tout du moins dans notre société,
    Des demandes aux copines, pour fournir de faux témoignages écrits de coups fictifs portés par un mari que l’on veut enfoncer plus bas que terre, et puis, si ça peut aider à garder la maison et avoir une plus grosse pension alimentaire pour traîner toujours un peu plus dans la boutique Zara durant les pauses déjeuné à rallonges…
    Des maris zappés, baffoués, reniés, du jour où ils ne gagnent plus suffisamment d’argent, faut quand même bien se rapprocher du train de vie de la soeurette où des copines, sinon c’est la honte.
    Je ne fais pas de généralités, je parle de choses que j’ai vu, et les choses que j’ai vu ne sont peut être qu’UN seul aspect d’un champ bien plus vaste.
    Après avoir fait tomber une pièce 20 fois de suite sur le coté Face, j’aurais tort de dire que le coté Pile n’existe pas…
    Les femmes peuvent se plaindre,
    Les femmes sont comme les enfants, elles ont de gros chagrins pour pas grand chose, du coup on les surprotège pour ne pas les voir tristes, parceque ça fait mal au coeur de voir une femme triste.
    Un mec triste joue avec la fierté mal placée et la non-certitude d’être une princesse envers qui le monde entier cultive une dette éternelle.
    Une femme sera bien contente qu’on reluque son décolleté si ça peut lui éviter de payer une amende.
    J’ai vu des filles proposer des pipes à de parfait inconnus pour ne pas avoir à se soumettre à un constat à l’amiable, deux fois.
    J’ai vu des femmes insulter leur compagnons avec tellement de véhémence et de mépris que j’aurais juré qu’elle souhaitaient réelement recevoir des coups.
    J’ai vu des femmes cracher plus de venin qu’un Python enrhumé.
    Il y a des gens correctes et des amateurs de coups bas partout, chez les hommes comme chez les femmes.
    Le féminisme, c’est la traduction organisée du coté « princesse » des femmes.
    Si un homme est macho abusif, c’est un con, si une femme est castratrice, c’est une conne.
    FEMINISTES ! Je veux une discussion constructive, par vos attaques amères vous n’obtiendrez que l’analyse de vos malaises égocentriques.
    FEMINISTE, je suis pret à négocier, mais je souhaite que tu mettes un peu plus de formes à tes revendications,
    Pour chaque comportement que tu souhaites voir changer chez les hommes, je te demande de joindre une proposition d’amélioration de ton coté.
    Par exemple : « Les hommes sont mieux payés que les femmes./ De Notre coté, nous pourrions être moins regardantes sur l’infidélité ».
    Là je dirais OUI ! BRAVO, on avance !
    Et je ne jouerais même pas la carte du « Ok on gagne + mais on vit beaucoup – longtemps et au final notre argent va dans la popoche de qui ? »
    Femmes, je vous aime, mais quand je vois le temps que vous mettez à élaborer vos opérations et vos articles pro-féministes, je pense aux montagnes de chemises qui ne sont pas repassées, aux monticules de vaisselles que vous vous epargnez. Comparez vos vies à celles de vos grand-mères et si elles se ressemblent, ce ne peut être qu’un choix de votre part !!
    Il y a des avantages et des inconvénients à être une femme, pareil pour les hommes, vous croyez quoi serieusement ??! Que vous passez à coté du paradis sur Terre, simplement parceque vous êtes des femmes ? Mais non, c’est la merde pour tout le monde, et justement même un peu moins pour vous parceque vous êtes des femmes qu’on aime pas voir tristes; et vous le savez si bien…
    La lionne, elle va chercher la bouffe et elle porte et allète les petits.
    Le lion, il passe la journée à se lêcher les couilles, c’est vrai, mais quand il faut y aller, quand un Saffariste ou un animal menace, c’est lui qui bondit par instinct, ivre d’une totale abnégation envers sa propre existence !

    J'aime

  3. Enfin, pour avoir violé les règles du Jardin d’Eden, Dieu à exilé Adal et Eve sur Terre en leur donnant une malédiction chacun, les descendant d’Adam (les hommes) devraient gagner leur pain au prix du labeur, et les filles d’Eve (les femmes) seraient condamnées à enfanter dans la douleur. Allez savoir pourquoi, les femmes ont finies par revendiquer le droit du cumuler les malédictions et, maintenant, s’indignent que l’on ne prennent pas, nous aussi, cette initiative saugrenue !

    J'aime

  4. Je n’ai pas écrit ce papier pour revendiquer quoi que ce soit mais pour singer le machisme «ordinaire» , le machisme qu’on nous balance tranquillou chaque jour dans la gueule.
    T’as vu, c’est pas très agréable hein ?

    Je me demande si tu t’en rends compte Tyler mais ton post par exemple, il dégouline de ce machisme ordinaire que je caricature. Non pas dans les dénonciations que tu peux faire au sujet des femmes «princesses» cupides ou excessivement exigeantes, elles existent, je ne l’ignore pas mais dans tes petites anecdotes qui parlent de soldes chez Zara par exemple ; ÇA c’est du machisme ordinaire.

    J'aime

  5. Et sinon, j’ai beaucoup ri à ce passage :
    « Pour chaque comportement que tu souhaites voir changer chez les hommes, je te demande de joindre une proposition d’amélioration de ton coté.
    Par exemple : « Les hommes sont mieux payés que les femmes./ De Notre coté, nous pourrions être moins regardantes sur l’infidélité ».
    PARCE QUE TU CROIS VRAIMENT QUE SEULS LES HOMMES SONT INFIDELES ?! ahah
    On est juste plus discrètes j’ai envie de dire 😉

    J'aime

  6. Lilas, je n’ai pas pus développer hier soir sur la proposition de mon texte quant à l’infidlité masculine, étant donné que vu ma condition d’homme bourrin et limité, tu te doutes bien que j’étais probablement fin bourré à la bière, sur-nageant entre les miettes de chips qui jalonnent une moquette en manque d’aspirateur, beuglant comme un porc devant le mach de foot.
    Alors je reprends ta réponse :  » « Les hommes sont mieux payés que les femmes./ De Notre coté, nous pourrions être moins regardantes sur l’infidélité ».
    PARCE QUE TU CROIS VRAIMENT QUE SEULS LES HOMMES SONT INFIDELES ?! ahah
    On est juste plus discrètes j’ai envie de dire 😉 »

    Je ne doute pas une seconde que vous, les femmes, puissiez aussi vous trouver 1000 excuse pour vous permettre des coups de poignards à la loyauté, non, vraiment je t’assure, tu prêches un converti.
    « Les hommes sont mieux payés que les femmes/ De notre coté nous pourrions être moins regardante sur l’infidélité —> Cela ne signifie pas que VOS dérapages soient plus permissifs !! La balance est en équilibre avec ce marché satirique, si tu rajoutes :
     » … Mais ça vaut pour nous aussi. »
    Alors tu créé à nouveau un déséquilibre ! Tu veux en recevoir + que tu n’en donnes…

    Je te taquine, je vais pas troller, tu écris bien et j’aimerais bien lire une de tes histoires.
    Mes exagérations tentent simplement d’atteindre le sommet des tiennes, mon ton est similaire au tien.

    J’ai compris où tu en étais et la longueur de mon texte n’est pas synonyme d’une tension évacuée, un simple moment à accorder les mots entre eux pour former des idées et concepts superficiels et sonnant bien, rien de bien méchant, juste une antithèse servie comme une balle de tennis lors d’un échange sans enjeu, jovial et détendu..

    J'aime

  7. Très bien vu et si tu veux écrire la suite sur les père à plein temps, j’ai plein d’idées à te filer…

    J'aime

  8. @Tyler: on n’est encore « que » 7 milliards, alors à moins que les hommes avertis qui en valent 2 soient pris en compte, y a surnombre dans ton estimation (et ça confirme l’affirmation de Lilas…)

    J'aime

  9. @Amandih Merci beaucoup pour cette intervention… Et n’oublis pas de recharger tes hormones thyroïdiens lorsque tu aura finis de tirer sur des ambulances.

    J'aime

  10. Ahlàlà, j’adore, et c’est peu dire !!! Je ne reconnais pas mon mec là-dedans mais qu’est-ce que j’ai ri ! Le parallélisme avec Goldman est topissime. Encore, encore ! et merci !

    J'aime

  11. Quand vous parlez de la pilule, j’ai pensé à la capote avec les doléances suivantes :
    « j’ai oublié » t’as que ça à prendre pour venir
    « ça me fait debander » Une fois j’ai répondu tu vas y arriver, les autres y arrivent, t’es un grand garçon. Ou entraine-toi. Enfin prends ta vie en main, quoi.

    J'aime

  12. N’oublions pas que quand les choses sont moyennement réjouissantes, la caboche mâle a vilainement tendance à une forme d’alzheimer sélectif…
    J’en profite pour te remercier Marietro pour tous tes partages et tes gentils commentaires : ces caresses si douces pour l’ego claudiquant.

    J'aime

  13. certes, j’ai beaucoup ri (surtout le passage gore) mais pas certaine d’avoir envie de fuir vers des contrées uniquement peuplées de femmes… même jeunes et rigolotes, ni d’avoir envie de leur infliger autant, aux pauvres hommes si perdus déjà, ce n’est pas très humaniste, non ?
    et puis, inversion des rôles on peut travailler l’idée autrement…

    J'aime

  14. Ah non mais la fuite était pensée vers des contrées plus jeunes, vigoureuses et mâles !
    Ce papier est juste ironique et non pas animé de malveillantes intentions.
    Malgré tous leurs défauts, on les aime quand même ces cons.

    J'aime

  15. « …Au vu de ces deux éléments, il y a fort peu à parier que si nous confierions la gestion du… »
    Juste pour dire qu’au delà du haut degré de pertinence de ce texte, ce confierions me fait mal à l’oeil.
    Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s